Mascaradă abjectă. Sistemul l-a impus (prin Dragnea) pe Mihai Tudose, trecut prin filieră SUA-NATO-SRI-MApN. Apartenenţa lui Tudose la PSD este mai degrabă un detaliu birocratic, iar faptul că partidul (şi aliatul ALDE) acceptă aşa ceva arată precaritatea mediului politic şi chiar a existenţei statale a României.

© my angry rants


30 decembrie 2016

Cum i-a păcălit pesedé pă peizani



Tembelismul şi ticăloşia antinaţională ale peneliştilor au dus la eşecul lor monumental, de-au rămas de căruţă molfăind din proteze lozinci sorosiste şi europeiste. Partenerii lor întru Bruxel, pesediştii (la fel de antinaţionali), au fost golani şi l-au gâdilat pe bizon cu vorbe mari. Ar fi trebuit să-i fie clar plăvanului* că nici "pe roşu" (după cum nici "pe galben") nu are de ce miza.

*care structural este conservator, nu progresist (dar încă nu conştientizează asta)

O analiză - în cheie europeistă - a propagandei electorale PSD(-ALDE), la BlogActiv.eu:


L’instrumentalisation d’un discours nationaliste par le parti social démocrate roumain au détriment de la consolidation de l’état de droit

Le 11 décembre 2016 ont eu lieu les élections législatives en Roumanie pour élire la VIIIème législature du Parlement roumain. Hormis la large victoire du Parti Social-Démocrate (PSD) dirigé par L. Dragnea avec 45%, ce qu’il ressort de ces élections est, d’une part, la faible participation des citoyens roumains. Selon R. Coman, professeur à l’Université libre de Bruxelles et directrice de l’Institut des études européennes, l’électorat roumain a été représenté, dans sa majorité, par des retraités et des personnes issues du milieu rural. Les grands absents ont été surtout les jeunes. Ainsi, lors de sa campagne, le PSD a utilisé, entre autres, un discours populiste, méprisant lois nationales et institutions publiques, afin d’obtenir un maximum de voix. Le parti a par exemple proposé une disparition du taux d’impôts comme solution aux problèmes économiques du pays. Les roumains ont ainsi préféré accorder leurs voix à un parti leur promettant une meilleure retraite et une réduction d’impôts –ou plutôt une disparition d’impôt en l’espèce ; une promesse qui leur avait été pourtant déjà faite il y a quatre ans par le PSD.

D’autre part, durant la campagne, la corruption a été un thème central. En effet, depuis novembre 2015, le pays est administré par un gouvernement de transition dirigé par D. Ciolos, ancien commissaire européen de l’agriculture. Son prédécesseur était V. Ponta, membre du PSD. Cependant, en raison d’un incendie d’une discothèque causant 64 morts en novembre 2015 à Bucarest, ce drame a mis en relief une affaire de corruption des autorités locales ainsi que des manquements à la règlementation nationale. Par conséquent, le premier ministre social-démocrate, V. Ponta, démissionna sous la pression de fortes protestations populaires. D’autant plus, que celui-ci avait été accusé par la justice de complicité d’évasion fiscale et de blanchiment d’argent de 2007 à 2011.

Par ailleurs, le président du parti, L. Dragnea a exprimé son souhait de se présenter au poste de premier ministre malgré une condamnation à deux ans de prison avec sursis pour fraude électorale. Or, selon une loi pénale roumaine de 2001, toute personne ayant fait l’objet de condamnation ne peut se présenter au poste de ministre. Par conséquent, si cette loi est correctement appliquée, l’ancien premier ministre devrait être inéligible, ce qui vaudrait également pour V. Ponta. C’est ce que prétend le président roumain, K. Iohannis, en refusant de nommer L. Dragnea au poste de premier ministre en raison de sa condamnation.

Cependant, en matière de justice, le PSD a fait part de sa volonté de réformer le code pénal dans le but de protéger les personnes accusées de corruption, un aspect portant préjudice à l’état de droit.

A travers sa campagne, le PSD a fait valoir un discours nationaliste, au détriment d’une consolidation de l’état de droit, réussissant ainsi à renforcer sa position au sein du Parlement roumain. Il a affirmé que la formation du nouveau gouvernement se ferait aux côtés de l’Alliance des Libéraux et Démocrates et que le nom du premier ministre serait connu suite à l’investiture du nouveau Parlement, c’est-à-dire le 19 décembre.

Avant la victoire du PSD aux élections législatives, celui-ci méconnaissait certaines lois nationales – en particulier en matière pénale – et institutions publiques. En effet, comme le relève N. DAN, leader du parti l’Union Sauvez la Roumanie (USR), « à Bucarest où le PSD a pris le pouvoir il y a six mois, les conseillers municipaux, qui ont été élus par les citoyens donc, n’ont plus accès aux contrats qui sont signés par la mairie pour des travaux publics. » Par conséquent, suite à la victoire du parti, il est primordial de préserver les institutions publiques telle que la direction nationale anticorruption au regard de la forte présence de corruption en Roumanie.

Enfin, contrairement à ses voisins limitrophes, la Roumanie ne connait pas de forte présence d’extrémisme au sein du pays. Effectivement, B. Manole fait remarquer à juste titre qu’en Roumanie « le vote pour l’extrême droite n’a jamais rencontré un grand succès ». En effet, ils n’ont pas passé le seuil des 5% pour entrer au Parlement lors de ces élections législatives. C’est pourquoi, il est nécessaire que le pays conserve l’orientation pro-européenne et pro-occidentale, en ayant un vrai PSD et non un « parti déguisé » derrière des propos populistes.

Kristell Prigent


Pour en savoir plus


– Entretien de R. COMAN, professeur à l’Université libre de Bruxelles et directrice de l’Institut d’études européennes, 12 décembre 2016. URL : http://fr.radiovaticana.va/news/2016/12/10/roumanie__le_parti_social-d%C3%A9mocrate_favori_des_%C3%A9lections_l%C3%A9gislatives/1278054.

– B. MANOLE, La radicalisation politique: Loin des yeux politiques, près du cœur populaire, Le Sursaut. URL : http://lesursaut.fr/roumanie/.

Presse international :

– Courrier international, Faible participation et victoire écrasante de la gauche, 12 décembre 2016. URL : http://www.courrierinternational.com/revue-de-presse/roumanie-faible-participation-et-victoire-ecrasante-de-la-gauche.

Presse européenne :

– Euro topics, 13 décembre 2016. URL : https://www.eurotopics.net/fr/170729/roumanie-le-come-back-du-parti-de-victor-ponta?zitat=171061.

Presse nationale :

– M. UDRESCU, Roumanie: “L’idée qu’indifféremment des partis au pouvoir rien ne changera a été incrustée dans l’esprit des gens”, La Libre, 13 décembre 2016. URL : http://www.lalibre.be/actu/international/roumanie-l-idee-qu-indifferemment-des-partis-au-pouvoir-rien-ne-changera-a-ete-incrustee-dans-l-esprit-des-gens-584ffbdbcd70bb41f08e4546.

– M. BRAN, En Roumanie, les électeurs désabusés avant les législatives sous le signe de la corruption, Le Monde, 9 décembre 2016. URL : http://www.lemonde.fr/europe/article/2016/12/09/en-roumanie-les-electeurs-desabuses-avant-des-legislatives-sous-le-signe-de-la-corruption_5046238_3214.html.

– Le Monde, Le premier ministre roumain démissionne après l’incendie de la discothèque de Bucarest, 4 novembre 2015. URL : http://www.lemonde.fr/europe/article/2015/11/04/le-premier-ministre-roumain-demissionne-apres-l-incendie-de-la-discotheque-de-bucarest_4802832_3214.html.

2 comentarii :

Anonim spunea...

Nu-mi pot reprima scirba fata de zoaiele exibate de autorul/autoarea acestei ''analize''.

E odioasa scriitura si ma face sa cred ca sfirsitul Occidentului decadent este inevitabil !

Astia traiesc la infinit fantasma ca noi ar trebui sa ne potrivim ceasurile dupa flatulatiile lor degenerate !

In curind Istoria ii va arunca peste bord si va face ordine in Lumea pe care ei au bulversat-o intr-atit incit au adus-o pe marginea prapastiei.

Priviti numai ce minciuna sfruntata, produsa de o anumita doamna Coman, preia ''analiza'':
''Selon R. Coman, professeur à l’Université libre de Bruxelles et directrice de l’Institut des études européennes, l’électorat roumain a été représenté, dans sa majorité, par des retraités et des personnes issues du milieu rural. Les grands absents ont été surtout les jeunes.''

Si chiar de-ar fi asa, care e treaba lor ?
Democratia presupune, oare, inlaturarea din societate a anumitor grupuri sociale si pastrarea numai a unora dintre ele, recte ''tinerii'',pentru ca alegerile sa dea rezultatele dorite de Paris-ul tot mai musulman ?
Pai bolsevicii au instaurat comunismul cel mai odios, in Romania si in celelalte tari vindute de bolnavii Lumii lui Stalin, CU TINERII.
Inocenti, manipulabili, dar tineri !
Cu batrinii e mai greu si ar trebui scosi din sistem ca sa nu mai voteze !
Din rindul acelor tineri s-au recrutat si format comunistii care, mai tirziu, au perpetuat acea societate pina cind papusarii Lumii au distrus-o.

Imi repugna astfel de ''logici'', mai ales ca , aproape zilnic, intilnesc atitudini ostile la adresa oamenilor in virsta si nu intelegeam unde isi au originea !

Acum e clar: ele vin din ''gindirea'' maladiva a societatilor ce viermuiesc in statele partenere si prietene !

Decit sa ajungem asa(semne sint in aceasta directie), mai bine schimbam directia, fara aprobarea mucegaitilor astia care , in curind, vor fi chiriasi in propria lor tara !

Riddick spunea...

Eeee, de data asta s-a schimbat niţel şi profilul votantului pesedé, nu-i numai "peizani" şi "purii". I-au votat ceva mai mult decât de obicei şi tineri, desigur exasperaţi de tehnocraţi şi iohanişti.

Eu n-am fost acum la vot, voi vota cu Partidul Forţa Naţională (lansat în aprilie 2016), care este în organizare şi n-a depus liste de candidaţi. La prezidenţiale n-am fost la turul doi, iar la primul am votat în lipsă de altceva cu Funar.

E bine că iese la iveală modul de gândire al ăstora, să-i vadă lumea cine sunt şi să-i ţină minte.


Citate din gândirea profundă a europeiştilor RO

Horia-Roman Patapievici, 2009: "Ei bine, teza mea este că Parlamentul European, care funcţionează mai degrabă ca un club de influenţare şi de lobbying decât ca un parlament obişnuit, e chemat să joace, pentru viitor, rolul corpului politic absent. Rolul său îmi pare a fi acela de a forma o comunitate politică provizorie, în vederea realizării treptate a comunităţii politice permanente, care, în proiect, ar fi demosul european. Parlamentul European este, prin urmare, un fel de corp politic european avant la lettre: în el, aşa zicând, se experimentează in vitro poporul politic european".

Postări populare (nu P.P.E. !):